Consultation sensori-cognitif

Auteur : Dr A .Madjlessi, Chef du service sensori-cognitif à l'Institution nationale des Invalides (INI)
Date : mai 2003

La population française vieillit, pour deux raisons essentiellement : la baisse de la natalité et l'augmentation de l'espérance de vie des femmes et des hommes. Les personnes âgées de plus de 85 ans représentent en 2000 plus d'1.200.000 personnes (soit 6 fois plus qu'il y a 50 ans), et ceci se poursuit de manière exponentielle dans les prévisions de l'INSEE dans les années à venir. Cette même projection peut être faite sur les personnes bénéficiant d'une pension militaire d'invalidité. Il est par conséquent important de dépister et de prendre en charge les maladies neurodégénératives qui augmentent avec le vieillissement et qui peuvent avoir un retentissement important sur l'autonomie et la qualité de vie de ces personnes.

Les plus jeunes présentant des séquelles traumatiques neurologiques avec un retentissement notamment au niveau sensoriel et cognitif, doivent également pouvoir bénéficier d'un dépistage et d'une prise en charge adéquate de leurs pathologies.

En gardant toujours à l'esprit que la meilleure prise en charge du " handicap " ne peut être que globale, il faut tenir compte de tous les aspects des pathologies présentées et de leurs retentissements sur le patient et sur sa famille.
La création du service sensori-cognitif à l'INI veut répondre à une demande qui ira croissant dans les années à venir. Il est destiné, bien entendu, en priorité, aux pensionnaires de l'Institution, aux ayants droit, anciens combattants et victimes de guerre, aux victimes d'attentats, mais aussi dans la limite des places disponibles aux autres personnes qui consultent à l'INI.
Ce service utilisera les compétences multiples qui existent au sein de l'institution au profit des personnes prises en charge : création d'une unité d'hospitalisation de semaine d'évaluation sensori-cognitive et globale, avec possibilité de consultations externes médicales et neuropsychologiques, évaluation et rééducation par l'unité de compensation du handicap visuel et sensoriel.

Toute hospitalisation dans ce service est précédée, par une consultation avec un médecin gériatre qui évalue les problèmes posés et coordonne la prise en charge proposée. Après cette consultation, si une évaluation sensori-cognitive est nécessaire, une hospitalisation de semaine est programmée. Lors de cette hospitalisation, une évaluation globale médicale, psychologique et sociale est effectuée, avec une orientation plus spécifique pour les problèmes neurosensoriels et cognitifs. L'équipe du service sensori-cognitif est composée de médecins gériatres, ophtalmologistes, ORL compétents pour l'évaluation des troubles multisensoriels, d'une neuropsychologue, d'infirmiers, d'aides-soignants, d'orthoptistes, d'ergothérapeutes, …

Après évaluation multidimensionnelle et concertation des différents intervenants, une démarche de suivi et de prise en charge est mise en place. Ce suivi peut être assuré en consultations externes médicales, neuropsychologiques, et au niveau de l'unité de compensation du handicap visuel et sensoriel.