logo sos


Association sans but lucratif ni appartenance philisophique, politique ou religieuse ( LOI de 1901 )

 

  Accueil     L'association     Aide aux victimes     Témoignages    Publications     Justice et terrorisme     Lutte contre le terrorisme  
Indemnisation
Victime civile de guerre
Accès au procès pénal
Santé
Adresses utiles
  Nos partenaires
  Liens utiles
  Contactez-nous
 


 
Triple peine
 
  Témoignage et historique de la création de S.O.S. Attentats par Françoise Rudetzki
"Triple peine" chez Calmann-Lévy, 2004
 
 
Après l'attentat
 
  "Après l'attentat" chez Calmann-Lévy, 2016  

Aide aux victimes
Victime civile de guerre

S.O.S. ATTENTATS a obtenu que les victimes du terrorisme soient assimilées dans leurs droits à des victimes civiles de guerre.

C'est la reconnaissance que le terrorisme est une guerre en temps de paix.

La loi du 23 janvier 1990, article 26, est rétroactive aux attentats commis depuis le 1er janvier 1982.

Ainsi, les victimes d'actes de terrorisme commis depuis le 1er janvier 1982 bénéficient des droits et avantages accordés aux victimes civiles de guerre par le Code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre et notamment du droit à pension de victime civile

Les victimes d'actes de terrorisme relèvent du ministère de la Défense et ont la qualité de ressortissantes de l'Office National des Anciens Combattants (O.N.A.C.).

De ce fait, elles bénéficient d'avantages sociaux spécifiques : les droits accessoires

Les enfants orphelins ayant perdu l'un de leurs parents dans un attentat ont la qualité de pupille de la Nation et les conjoints, conjointes, compagnons, compagnes ayant perdu leur époux / se, compagnon, compagne ont la qualité de veuf / veuve de guerre.

Comment obtenir le statut ?

Les victimes de terrorisme doivent adresser leur demande visant à obtenir le statut de victime civile de guerre à la Direction interdépartementale des anciens combattants du domicile du demandeur.

Les droits prennent effet au jour de la demande.
Une expertise fixe un taux d'invalidité.
Trois ans après la demande, les victimes sont convoquées pour une nouvelle expertise : le taux devient alors définitif en cas de blessures.

> haut de page <

Droit à pension de victime civile

Les victimes des actes de terrorisme commis entre 1982 et 1984 perçoivent une rente militaire d'invalidité, seule indemnisation possible, puisque ces attentats n'entrent pas dans la compétence du Fonds de Garantie.

Les victimes des actes de terrorisme commis après le 31 décembre 1984, ne peuvent pas cumuler cette rente avec l'indemnisation versée à titre principal par le Fonds de Garantie. Elles peuvent obtenir une pension différentielle.

Toutes les victimes d'actes de terrorisme commis à partir de 1982 peuvent bénéficier des droits accessoires liés à ce statut.

> haut de page <

Droits accessoires

si le taux d'invalidité est égal ou supérieur à 10 %. Les victimes peuvent bénéficier des emplois réservés, d'avantages fiscaux, des soins médicaux gratuits, du patronage de l'ONAC, de la carte d'invalidité.

Emplois réservés

Les victimes et, sous certaines conditions, les ayants droit, peuvent bénéficier de la législation sur les emplois réservés.

Les droits accessoires (avantages sociaux) leur sont accordés

Avantages fiscaux

A partir de 40 % d'invalidité, le quotient familial de l'impôt sur le revenu est augmenté d'une demi-part.

Droit aux soins médicaux gratuits

La demande du carnet de soins gratuits doit être adressée à la Direction interdépartementale des anciens combattants du domicile du demandeur.

Ce carnet permet :

la dispense de paiement du ticket modérateur pour les blessés ayant un titre de pension

l'exonération du forfait hospitalier

la prise en charge des cures thermales dans les mêmes conditions que celles de la Sécurité sociale

le droit à l'appareillage dans 20 centres régionaux du domicile du demandeur

l'accès à l'Institution Nationale des Invalides (INI), établissement hospitalier et de longue durée pour les plus grands invalides du domicile du demandeur

l'affiliation à la Sécurité sociale en cas d'invalidité d'au moins 85 %

Pour connaître les centres régionaux d'appareillage et les services offerts par l'INI, allez dans la rubrique adresses utiles.

Patronage de l'ONAC

L'Office National des Anciens Combattants (ONAC) :

accompagne les procédures d'adoption par la Nation

relaie les demandes de pension auprès des Directions interdépartementales

organise l'aide à la réinsertion professionnelle et seconde les victimes dans les démarches de tout ordre

accorde des secours financiers

propose des places :

dans ses écoles de rééducation professionnelle
dans ses maisons de retraite

Carte d'invalidité

La carte d'invalidité est délivrée sur demande par la Direction départementale de l'ONAC du domicile de la victime.

La carte d'invalidité permet d'obtenir des droits de priorité et des réductions tarifaires :

des droits de priorité et des réductions tarifaires à la S.N.C.F., à la R.A.T.P et autres sociétés de transports publics la délivrance d’une carte de stationnement prioritaire, sous conditions,

une réduction sur les tarifs d'Air France sous conditions.

 

> haut de page <

Pupille de la Nation

Les orphelins bénéficient du statut de pupille de la Nation ; ce statut leur confère un certain nombre d'avantages

Bénéficiaires

les orphelins de moins de 21 ans dont le père ou la mère est décédé suite à un acte de terrorisme

les enfants de moins de 21 ans eux-mêmes victimes d'un acte de terrorisme

les enfants de moins de 21 ans dont le père ou la mère est indemnisé par le Fonds de Garantie des actes de terrorisme, sous certaines conditions

les enfants des victimes nés dans les 300 jours après un acte de terrorisme

L'adoption par la Nation est prononcée par jugement du Tribunal de Grande Instance du domicile du demandeur

Effets

Le statut de pupille de la Nation permet aux orphelins :

d'obtenir des subventions d'entretien, d'études, de vacances

l' exonération des droits de scolarité

un droit à pension sous certaines conditions

Veufs et veuves de guerre

Depuis la loi des finances pour 2006 (article 124), les époux, concubins, compagnons, bénéficient des mêmes droits que les veuves.

La demande de pension de veuf / veuve de guerre doit être adressée à la Direction interdépartementale des anciens combattants du domicile du demandeur.

Le droit à pension prend effet au lendemain du jour du décès et tient compte des sommes versées par le Fonds de Garantie et la Sécurité sociale.

Ce droit permet l'affiliation au régime général de la Sécurité sociale

> haut de page <

© S.O.S. ATTENTATS - Conçu et hébergé par Cap Developpement 2007